Life is beautiful... by Elfy Ka.

19 février 2018

I DON'T KNOW

Une carrière, une VIE de musique, ça commence pour moi à 4 ans.

C’est très jeune, c’est extrêmement douloureux, c’est terriblement sensible… ça débute au piano, au conservatoire, aux cours de chant, de danse, aux studios SAD, en tournée, à la télé…

C’est « elle » qui me connait si peu qui en parle le mieux:

-  vous avez cette sensibilité de la musique à fleur de peau Elfy, encrée dans votre chair, et tout votre être transpire cela… mais attention votre sensibilité ne doit pas devenir un handicape, cela ne doit pas vous dépasser, vous submerger. Vous ne devez pas vous noyer avec elle. 

Je lui ai répondu que la dernière personne qui m’avait dit cela, mot pour mot était Pascal Nègre, après une interprétation de « mon Ange » accompagnée au piano par Nolwenn Leroy.

Ce soir là les paroles faisaient résonner en moi une histoire trop familière… la main qui tenait mon micro s’est mise à trembler. J’étais dépassée, submergée, noyée par mes émotions et une si grande sensibilité.

C’est terrible pour un artiste! C’est presque tragique chez moi… 

Il y a une résonance trop IMMENSE… 

Je ne peux pas oublier mes RÊVES d’enfants puisque je les ai presque tous réaliser !!! J’ai goûté, j’ai croqué dans la pomme, j’ai enchanté, j’ai fais briller la petite fille en moi. J’ai mis de la JOIE dans son coeur car j’ai suivi coute que coute la VIBRATION de ses rêves, la musique, la passion jusque dans ses tripes.

Mais cela n’a pas suffit…

J’ai échoué. 

Je n’ai pas amené la petite fille en moi là OU elle s’était vraiment rêvée… J’ai rencontré des échecs, la méchanceté de certains, le mépris de tant d’autres, je me suis relevée, je me suis battue, je suis retombée, j’ai remonté la pente, on m’a poussé dans le vide, j’ai rebondi, j’ai fait presque tout ce que je pouvais…

Un peu comme dans ce film de mon enfance.
Un peu comme cette princesse qui annonce au héro qui à TOUT fait pour sauver le royaume que voilà, malgré tous ses efforts, son royaume disparait et qu’il n’y peut plus RIEN.

« pourquoi as tu l’air si triste?

- j’ai échoué impératrice.

« non tu te trompes, tu n’as pas échoué… tu as rapporté celui que j’attendais »

- qui ? 

« l’enfant de la terre, celui qui peut TOUS nous sauver »

- vous saviez qu’il existait ?

« évidemment… je sais tout »

- mon cheval est mort, j’ai failli me noyer, j’ai tout juste échappé au néant, à quoi bon ?

« c’ était le seul moyen de prendre CONTACT avec un humain »

- mais je n’ai pas pris contact avec un humain!!!

« Bien sur que si…

Il a souffert avec toi, il a vécu les même épreuves que toi, et enfin il est venu jusqu’ici avec toi, il est tout prêt, et il écoute, chaque mot que nous disons »

- Où est il ? s’il est si près pourquoi n’apparait il pas?

« Il ignore qu’il fait partie de l’histoire »

- Mais comment peut il permettre que notre monde disparaisse?

« Il ne comprend pas qu’il a le POUVOIR de l’empêcher. Il n’arrive pas à imaginer qu’un petit garçon puisse être aussi important… »

- il ne sait peut être pas quoi faire?

(qu’est que je dois faire?)

« Il doit me donner un nouveau nom… (face camera) Bastien, pourquoi ne fais tu pas ce que tu REVES ?

( je ne PEUX PAS ! je dois garder mes pieds sur terre ! )

« Bastien je t’en prie… sauve NOUS »

 

Je m’accroche à mes rêves, à ceux de la petite fille au fond de moi, je veux absolument qu’elle comprenne qu’elle joue son plus GRAND rôle. Celui de me ramener là ou je me rêvais… Celui qui mettait tellement de JOIE dans son coeur. 

Le rôle qui va pouvoir me sauver <3

Capture d’écran 2018-02-19 à 22


17 février 2018

MOOD...

Donne-moi une seconde, donne-moi tout un mois,

Donne-moi l'éternité, tout me va.

 

Donne-moi la lumière, de l'ombre écarte-moi.

Mets-moi dans tes prières, porte-moi.

 

Aide-moi à te mentir, à me servir de toi.

Laisse l'imbécile sourire qui est en moi.

Demande-moi de grandir, demande-moi d'être là.

Que faire pour te tenir dans mes bras ?

  

Quel chemin parcourir, à mener quel combat ?

Quel serment trahir ? Je suis là.

 

Presque prêt à mourir, sur un seul mot de toi.

Vivre sans mal finir ne se peut pas.

 

Aide-moi à te mentir, à me servir de toi.

Laisse l'imbécile sourire qui est en moi.

Demande-moi de grandir, demande-moi d'être là,

Que faire pour te tenir dans mes bras ?

 

Demande-moi de grandir, demande-moi d'être là,

Demande-moi de grandir, demande-moi d'être là,

Que faire pour te tenir dans mes bras ?

 

Transformations vidéo, adaptation et montage : FatBlackSheep

 

09 février 2018

TALES OF US

IL y a la neige qui tombe, les infos qui ne parlent que de cela, nos réseaux sociaux qui se transforment en de gigantesques sports d’hiver , la joie pour beaucoup (enfants que nous sommes restés),  la chienlit pour d’autres  …

IL y a cette lumière incroyable dans les rues de Paris. Le jour. La nuit. Une lumière incroyable… et la neige qui tombe encore. 

IL y a nos statuts, nos posts, nos stories, nos snap, nos mess, tous ces MOYENS de COMMUNIQUER, toutes ces façons que l’on a de DIRE, de MONTRER, qu’on existe, TOUT cela, NOUS, nos photos, nos vidéos, tout cela est NEIGE, BLANC, BOULE DE NEIGE, et JEUX D’ENFANTS.

IL y a ce blanc partout qu’on avait oublié. Ce blanc. Ce silence. Cette ouate qui vient mettre en sourdine la nature, un silence naturel qui me fait tant de bien. Un silence qui résonne en mon for intérieur…

IL y a dehors. Et il y a mon intérieur…

Cet intérieur, cet équilibre si déséquilibré… et la VIE comme la NEIGE qui me rappelle chaque jour, chaque instant que TOUT bouge, TOUT le temps!

Et qu’au moment ou les choses deviennent sombres, la LUMIERE revient TOUJOURS.

 

LA LUMIERE REVIENT TOUJOURS.

IMG_3810

Posté par elfy ka à 19:28 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

31 janvier 2018

GRAVITY

Est ce que c’est indécent de me coucher comme cela, nue devant vous, alors qu’on se connait à peine ?

Certains disent que je dois aimer ça, me coucher nue devant vous alors qu’on ne se connait pas…

 

Je ne fais jamais rien sans me poser mille questions... c’est comme ça... je vis comme ça... c’est épuisant !

Du plus longtemps que je me souvienne j’ai analysé, j’ai questionné, j’ai observé, j’ai posé mille questions... épuisant !

Je me pose des questions, j’ai posé mille questions parce que je veux savoir ! 

Parce que je veux COMPRENDRE …

Aujourd’hui quand j’écris je me pose mille questions... je me pose mille questions quant à l’énergie que je laisse la, sur les pages violettes de mon blog.

Parfois je suis question, interrogation, amusement, paroles de chansons mais je suis aussi colère, tristesse, peur, frustration.

 

Toutes ces énergies négatives où vont elles ? 

 

Quand j’écris ça me rempli, ça m’apaise, ça me soulage, ça me nourri, ça me vide… mais j’ai conscience que je ne dépose pas QUE du POSITIF. 

J’ai conscience que je vous laisse parfois des sentiments putrides dont je ne sais que faire, dont il faut à tous prix que je me débarrasse: mais là est mon MALHEUR…

 

On ne se débarrasse pas des choses et encore moins de ses états d’âme lorsqu’on y pense et pense encore, lorsqu’on les vit, lorsqu’on les ressent, lorsqu’on les couche.

Est ce que c’est indécent de me coucher comme cela, nue devant vous, alors qu’on se connait à peine?

Certains disent que je dois aimer ça, me coucher nue devant vous alors qu’on ne se connait pas…

 

On ne se débarrasse PAS de ses émotions négatives, on les CRISTALLISE au contraire, on les fixe et tout ce qui nous tournent autour peut les ressentir ! Le négatif est attiré PAR le négatif !!!

Mais alors comment faire?

Comme ENFER.

 

Ou vais je aller déposer ma COLERE, ma PEINE, ma PEUR, mes FRUSTRATIONS, ma RANCOEUR, ma DOULEUR… mes questions… mes MILLES et UNE QUESTIONS ???

 

Parfois je voudrais fermer le robinet; celui qui fait couler sans cesse la GRAVITE dans mon esprit. 

1.« Gravité »  nom féminin, caractère d’une personne grave, d’apparence très sérieuse, solennelle. 

2. Physique

a) Loi de la gravité, Loi de la chute des corps… 

b) Centre de gravité, Point d'application de la résultante des forces de pesanteur s'exerçant sur tous les points d'un corps, point où le corps se tient en équilibre.

 

Gravité = grave, sérieuse, solennelle, chute des corps, équilibre.

Tout MOI.

IMG_4112

Posté par elfy ka à 17:02 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

22 janvier 2018

SO REAL

Aujourd’hui une fée m’a dit:
« C’est dingue d’être obligée de se PERDRE à ce point pour arriver quelque part !!! ». Elle parlait d’elle mais cela a tellement résonné en moi... 
J’ai passé mon année 2017 à me projeter, à fantasmer ma vie chaque jour, chaque instant. 
J’ai jeter sur mon écran de cinéma toutes les couleurs possible, les scénarios , les costumes, les décors et jusqu’à la musique du film que je voulais vivre !!!
J’ai entendu des signes, j’ai vu des signes PARTOUT, j’ai cru j’y ai cru si fort, j’ai rencontré des sœurs, j’ai perdu des « amies », j’ai voyagé, j’ai rêvé l’épilogue, j’ai médité et pratiqué le yoga NIDRA , je me suis alignée à la LUNE, j’ai fait des cercles de femmes et des ronds nue dans l’eau... 

Je me suis disputée un rôle, j’ai appris mes répliques, je n’ai plus répondu à la connerie des gens, je me suis isolée, j’ai chanté en Anglais, fait des cures de Spiruline, j’ai mangé CRU, fait des câlins aux arbres et des feux de cheminée qui ont mal tournés...

Résultat;  j’ai oublié de vivre l’instant présent, je me suis perdue en route, j’ai foiré le montage et j’ai encore finit à l’hôpital !
C’est récurrent chez moi...l’hôpital.
Les lits des chambres de l’hôpital , les brancards bruyants des couloirs de l’hôpital, les infirmières de l’hôpital, les blouses bleues marines de l’hôpital, la nudité de l’hôpital , les lumières trop fortes de l’hôpital, les biscottes et le Lipton de l’hôpital et ma tête que l’on cogne aux barreaux des brancards dans les couloirs de l’hôpital.
Pas un mec. Pas UN mec capable de douceur pour conduire mon carrosse dans ces putains de couloirs de l’hôpital... 
Ils m’ont déminé le ventre cette fois...
Le ventre ce 2ème cerveau ! 
Pourtant je n’avais pas mal à la tête... avant le mec qui a conduit mon carrosse dans ces putains de couloirs de l’hôpital... MAIS qu’est cque j’avais mal au ventre.
J’ai encore finit à l’hôpital.
C’est récurrent chez moi...l’hôpital.
Et surtout SURTOUT je me suis perdue...
J’ai passé mon année 2017 à me projeter, à fantasmer ma vie chaque jour, chaque instant... et je me suis égarée !
Aujourd’hui une fée m’a dit :
"C’est dingue d’être obligée de se PERDRE à ce point pour arriver quelque part !!!"
Car OUI c’est certain je suis arrivée quelque part...

... à un point de départ qui m’ouvre ses mains en grand, et le champs des possibles la,  juste DEVANT.

 

 

Posté par elfy ka à 16:45 - Permalien [#]


18 janvier 2018

FAMOUS BLUE RAINCOAT

Quand on commence à retirer les filtres, quand on commence à se mettre à nue, les autres ont peur.
J’ai besoin de me remettre à l’écriture… J’ai besoin de faire tomber le masque mais je ne veux pas vous faire peur.

Quelqu’une parmi vous m’a assuré que je respirerai mieux. Alors je prends une grande respiration et je continue la mue.

J’ai besoin de me remettre à l’écriture… MON écriture.
Pas celle des médias, pas celle des politiques, pas celle de la rue, même pas celle des tapis rouges, pas même la votre, juste la MIENNE. 

Cette écriture « pansement », celle des maux couchés pour s’alléger, celle du journal intime que je tiens depuis si longtemps, l’écriture strip-tease, l’effeuillage en lumière tamisée, des valises de cahiers.


N’ayez pas peur. Ne plus regarder en arrière ne veut certainement pas dire arrêter de regarder DEVANT! 
Ce sentiment de livre ouvert, de pages que l’on tourne, d’épisodes qui défilent… c’est une sacrée réalité à laquelle nous sommes tous confronté… 

Disons que certaines saisons sont plus intenses que d’autres, certaines saisons sont plus riches, plus heureuses, plus douces, plus… solitaires.
Ne plus regarder en arrière.
C’est OUVRIR grand les bras à ce qu’il y a devant. C’est embrasser l’inconnu et lui faire entièrement CONFIANCE. C’est le suivre les yeux bandés et s’en remettre à l’infini. Et surtout balancer son sac de billes, lui refourguer le bébé, lever la tête au ciel et larguer les amarres… DISPARAITRE. 

Se disparaitre ! 

Certains appelle ça le « lâcher prise ». Personnellement je n’ai jamais réussi à lâcher prise quand on me demandait de « lâcher prise » !
Les anglais ont une expression qui me parle beaucoup mieux : le « Free Will ». FREE WilL.

L’année 2018 m ‘inspire BEAUCOUP beaucoup de libre arbitre, de plein gré, de liberté, d’envolées, d’échapées… et pour cela, je dois faire tomber le masque. 

Capture d’écran 2018-01-18 à 10

Je ne dois plus essayer de « contrôler » pour faire bonne figure, pour ne pas blesser, pour être la bonne poire que l’on croque…
Et tant pis si ça DESERTE autour de moi; le processus des rats qui quittent mon navire à commencer il y a 3 ans maintenant.

Des rats par poignée qui se sont enfuis, la tête basse, leur longue queue entre les jambes, sans un mot, sans même oser me regarder vraiment dans les yeux. Les rats et les souris qui fuient ma vie par lâcheté… des poignées !

Alors tant pis si ça déserte autour de moi. Je sais retrousser mes manches. On m’a appris cela.

Retrousser mes manches, ne plus regarder en arrière, ouvrir grand les bras à ce qu’il y a devant.

cocon

 

 

 

 

 

Posté par elfy ka à 10:08 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

15 janvier 2018

SKIN OF SORROW

Il y a un temps où l’on se rend compte qu’on ne pourra plus jamais être la même personne. C’est à la fois angoissant et rassurant.

Un temps où l’on se rend compte que plus jamais JAMAIS on ne pourra être la même personne…

Ni physiquement… ni intellectuellement.

Physiquement, perso, ça m’angoisse TOTALEMENT.
Ce temps qui passe, ce corps qui se transforme, ce regard qui s’étteind doucement … ANGOISSANT.
Je regarde les photos d’avant, même celles d’il y a juste 2 ou 3 ans … Angoissant.
Puis quand je me plonge une vie entière en arrière, 10 ans en arrière, la naissance de mon fils en arrière, mes séances studio en arrière, mes concerts en arrière, mon château en arrière, mes duos en arrière, mes 20ans en arrière, mes cheveux courts en arrière, je  n’ai plus DU TOUT envie de regarder en arrière… Angoissant.

Alors que faire?
Que faire pour accepter que certaines choses soient derrière?
Comment avancer et ne plus regarder en arrière, ne plus jeter un petit coup d’oeil au dessus de son épaule…?

Il y a un temps où l’on se rend compte qu’on ne pourra plus JAMAIS être la même personne.
Et je crois que ce que le temps m’apprend c’est qu’on ne doit pas lutter…

C’est à la fois angoissant et rassurant.

Un temps où l’on se rend compte que plus jamais JAMAIS on ne pourra être la même personne… et ne pas LUTTER.

 

Dans mon cas de personne à "petite notoriété publique de mes couilles", il faut que j’ABANDONNE l’idée que quelqu’un, quelque part, m’attend encore.

Que je me sente LIBRE de DISPARAITRE (ai- je le choix?) pour VIVRE un nouveau MOI.

Que je me sente LIBRE de ne plus rendre de compte à PERSONNE, de ne plus promettre de choses, de ne plus FAIRE SEMBLANT, de ne plus entendre la petite voix minable qui me fait la MORALE; ça me fait peur d’enlever le masque MAIS je crois qu’il y va de ma survie…

 

Il y a un temps où l’on se rend compte qu’on ne pourra plus jamais être la même personne… Et ce temps est venu pour moi…
Je me MUE et jamais je n’avais ressenti cela si FORT. Toute la peau de mon dos à présent se répand, se repent telle une peau de chagrin ! ET je n’ai de cesse de me l’arracher…

ll y a un temps où l’on se rend compte qu’on ne pourra plus jamais être la même personne. C’est à la fois angoissant et rassurant.

Un temps où l’on se rend compte que plus jamais JAMAIS on ne pourra être la même personne…

Skin of sorrow

 

Posté par elfy ka à 19:22 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

16 mars 2016

TOP SHOP

Bonjour à tous,

Parce que je ne suis pas toujours derrière mon piano à composer ou écrire et parce que, vous le savez, pour ceux qui sont venus me voir en concert, je me passionne pour l'art du collage,
alors,

- Toujours sur le fil, j'ai rassemblé dans une toute nouvelle boutique, mes inspirations, mes créations, sur lesquelles j'aime me promener, en demi pointes mais jamais en demi teintes...
De la musique aux collages il n'y a qu'un pas. 

Je m' évade autant à écrire le prochain texte d'une future chanson, qu'à découper, rassembler, coller et réinventer une nouvelle image! 

- Cette boutique je l'ai créée pour VOUS ... et je souhaite la nourrir de surprises le mieux possible!  

Alors, alors... COMMENT CA MARCHE ?  et qu'est ce que vous allez y trouver ?

1 ----> Différentes collections de collages
2 ----> Des articles inédits originaux
3 ----> De la musique (bientôt) sous toutes ses formes : titres inédits en téléchargement, single, cd, coffret !
4 ----> Un service en Français rapide et de grande qualité avec paiement sécurisé.

Prenez le temps d'aller vous promener ici : http://elfykalesite.com/shop/

Capture d’écran 2016-03-13 à 18

Capture d’écran 2016-03-13 à 18

Capture d’écran 2016-03-13 à 18

Capture d’écran 2016-03-13 à 19

Capture d’écran 2016-03-13 à 19

Capture d’écran 2016-03-13 à 19

 

Home

Parce que je ne suis pas toujours derrière mon piano à composer ou écrire et parce que, vous le savez, pour ceux qui sont venus me voir en concert, je me passionne pour l'art du collage, alors, - Toujours sur le fil, j'ai rassemblé dans une toute nouvelle boutique, mes inspirations, mes créations, sur lesquelles j'aime me promener, en demi pointes mais jamais en demi teintes...

http://elfykalesite.com



Posté par elfy ka à 15:56 - Permalien [#]

20 août 2015

TAKE ME TO CHURCH

Mais quel est donc ce mal qui me ronge...
Et qui m'oblige à rester alitée?

- 5 Juillet 2015. Hôpital intercommunal. A quelques jours de partir au bout du monde.
Quel mal m'a pris et m'a empoisonné m'obligeant à mon lit, m'obligeant sans appel à changer tous mes plans?
Et pourquoi maintenant ?
Les choses que l'on garde ne sont pas bonnes à garder. Le corps vous rappelle à l'ordre et ordonne sans appel.

Mais quel est donc ce mal qui me brûle...
Et qui m'oblige à l'immobilité ?

Un repos obligé, 2 à 3 mois sans mouvement ou à peine, pour une "active" comme moi ce n'est non sans rage et sans peine !
Mais que voulez vous que j'y fasse... J'ai survécu.
Je survie.
Ce mal n'est pas le mien, cette cicatrice non plus... Cette plaie qui fait partie de moi me met dans tous mes états.
J'apprends l'inertie...
J'apprends la patience...
J'apprends d'avoir le temps de vivre... J'en suis bien forcée forcément!

Mais quel est donc ce mal qui me punit ...
D'être trop soumise, de ne pas broncher quand l'irrespect pointe son nez, de tout avaler, les couleuvres et le reste!
Une plaie aussi large que profonde comme un coup de point.

Mon infirmière m'appelle " mon p'tit cœur" ... Se voir tous les jours, ça créer des liens.

Apprendre de la vie, apprendre de ses peines, apprendre jour et nuit... Apprendre...
Quoi qu'il advienne!


EK

Capture d’écran 2015-08-20 à 11

 

Posté par elfy ka à 11:29 - Permalien [#]

28 juillet 2015

ELFY KA - LE COFFRET

nouvelle shop

 

Une page...

Tourner une page...

Avancer...

Sélancer droit devant...

Regrouper...

Se recentrer sur l'essentiel...

Fière...

Ne pas regarder en arrière...

Ne rien regretter...

Aimer le passé...

Vivre...

Chanter, créer, rêver...

AIMER.
(Love Is All You Need)

Posté par elfy ka à 18:59 - Permalien [#]