Life is beautiful... by Elfy Ka.

22 janvier 2018

SO REAL

Aujourd’hui une fée m’a dit:
« C’est dingue d’être obligée de se PERDRE à ce point pour arriver quelque part !!! ». Elle parlait d’elle mais cela a tellement résonné en moi... 
J’ai passé mon année 2017 à me projeter, à fantasmer ma vie chaque jour, chaque instant. 
J’ai jeter sur mon écran de cinéma toutes les couleurs possible, les scénarios , les costumes, les décors et jusqu’à la musique du film que je voulais vivre !!!
J’ai entendu des signes, j’ai vu des signes PARTOUT, j’ai cru j’y ai cru si fort, j’ai rencontré des sœurs, j’ai perdu des « amies », j’ai voyagé, j’ai rêvé l’épilogue, j’ai médité et pratiqué le yoga NIDRA , je me suis alignée à la LUNE, j’ai fait des cercles de femmes et des ronds nue dans l’eau... 

Je me suis disputée un rôle, j’ai appris mes répliques, je n’ai plus répondu à la connerie des gens, je me suis isolée, j’ai chanté en Anglais, fait des cures de Spiruline, j’ai mangé CRU, fait des câlins aux arbres et des feux de cheminée qui ont mal tournés...

Résultat;  j’ai oublié de vivre l’instant présent, je me suis perdue en route, j’ai foiré le montage et j’ai encore finit à l’hôpital !
C’est récurrent chez moi...l’hôpital.
Les lits des chambres de l’hôpital , les brancards bruyants des couloirs de l’hôpital, les infirmières de l’hôpital, les blouses bleues marines de l’hôpital, la nudité de l’hôpital , les lumières trop fortes de l’hôpital, les biscottes et le Lipton de l’hôpital et ma tête que l’on cogne aux barreaux des brancards dans les couloirs de l’hôpital.
Pas un mec. Pas UN mec capable de douceur pour conduire mon carrosse dans ces putains de couloirs de l’hôpital... 
Ils m’ont déminé le ventre cette fois...
Le ventre ce 2ème cerveau ! 
Pourtant je n’avais pas mal à la tête... avant le mec qui a conduit mon carrosse dans ces putains de couloirs de l’hôpital... MAIS qu’est cque j’avais mal au ventre.
J’ai encore finit à l’hôpital.
C’est récurrent chez moi...l’hôpital.
Et surtout SURTOUT je me suis perdue...
J’ai passé mon année 2017 à me projeter, à fantasmer ma vie chaque jour, chaque instant... et je me suis égarée !
Aujourd’hui une fée m’a dit :
"C’est dingue d’être obligée de se PERDRE à ce point pour arriver quelque part !!!"
Car OUI c’est certain je suis arrivée quelque part...

... à un point de départ qui m’ouvre ses mains en grand, et le champs des possibles la,  juste DEVANT.

 

 

Posté par elfy ka à 16:45 - Permalien [#]


18 janvier 2018

FAMOUS BLUE RAINCOAT

Quand on commence à retirer les filtres, quand on commence à se mettre à nue, les autres ont peurs.
J’ai besoin de me remettre à l’écriture… J’ai besoin de faire tomber le masque mais je ne veux pas vous faire peur.

Quelqu’une parmi vous m’a assuré que je respirerai mieux. Alors je prends une grande respiration et je continue la mue.

J’ai besoin de me remettre à l’écriture… MON écriture.
Pas celle des médias, pas celle des politiques, pas celle de la rue, même pas celle des tapis rouges, pas même la votre, juste la MIENNE. 

Cette écriture « pansement », celle des maux couchés pour s’alléger, celle du journal intime que je tiens depuis si longtemps, l’écriture strip-tease, l’effeuillage en lumière tamisée, des valises de cahiers.


N’ayez pas peur. Ne plus regarder en arrière ne veut certainement pas dire arrêter de regarder DEVANT! 
Ce sentiment de livre ouvert, de pages que l’on tourne, d’épisodes qui défilent… c’est une sacrée réalité à laquelle nous sommes tous confronté… 

Disons que certaines saisons sont plus intenses que d’autres, certaines saisons sont plus riches, plus heureuses, plus douces, plus… solitaires.
Ne plus regarder en arrière.
C’est OUVRIR grand les bras à ce qu’il y a devant. C’est embrasser l’inconnu et lui faire entièrement CONFIANCE. C’est le suivre les yeux bandés et s’en remettre à l’infini. Et surtout balancer son sac de billes, lui refourguer le bébé, lever la tête au ciel et larguer les amarres… DISPARAITRE. 

Se disparaitre ! 

Certains appelle ça le « lâcher prise ». Personnellement je n’ai jamais réussi à lâcher prise quand on me demandait de « lâcher prise » !
Les anglais ont une expression qui me parle beaucoup mieux : le « Free Will ». FREE WilL.

L’année 2018 m ‘inspire BEAUCOUP beaucoup de libre arbitre, de plein gré, de liberté, d’envolées, d’échapées… et pour cela, je dois faire tomber le masque. 

Capture d’écran 2018-01-18 à 10

Je ne dois plus essayer de « contrôler » pour faire bonne figure, pour ne pas blesser, pour être la bonne poire que l’on croque…
Et tant pis si ça DESERTE autour de moi; le processus des rats qui quittent mon navire à commencer il y a 3 ans maintenant.

Des rats par poignée qui se sont enfuis, la tête basse, leur longue queue entre les jambes, sans un mot, sans même oser me regarder vraiment dans les yeux. Les rats et les souris qui fuient ma vie par lâcheté… des poignées !

Alors tant pis si ça déserte autour de moi. Je sais retrousser mes manches. On m’a appris cela.

Retrousser mes manches, ne plus regarder en arrière, ouvrir grand les bras à ce qu’il y a devant.

cocon

 

 

 

 

 

Posté par elfy ka à 10:08 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

15 janvier 2018

SKIN OF SORROW

Il y a un temps où l’on se rend compte qu’on ne pourra plus jamais être la même personne. C’est à la fois angoissant et rassurant.

Un temps où l’on se rend compte que plus jamais JAMAIS on ne pourra être la même personne…

Ni physiquement… ni intellectuellement.

Physiquement, perso, ça m’angoisse TOTALEMENT.
Ce temps qui passe, ce corps qui se transforme, ce regard qui s’étteind doucement … ANGOISSANT.
Je regarde les photos d’avant, même celles d’il y a juste 2 ou 3 ans … Angoissant.
Puis quand je me plonge une vie entière en arrière, 10 ans en arrière, la naissance de mon fils en arrière, mes séances studio en arrière, mes concerts en arrière, mon château en arrière, mes duos en arrière, mes 20ans en arrière, mes cheveux courts en arrière, je  n’ai plus DU TOUT envie de regarder en arrière… Angoissant.

Alors que faire?
Que faire pour accepter que certaines choses soient derrière?
Comment avancer et ne plus regarder en arrière, ne plus jeter un petit coup d’oeil au dessus de son épaule…?

Il y a un temps où l’on se rend compte qu’on ne pourra plus JAMAIS être la même personne.
Et je crois que ce que le temps m’apprend c’est qu’on ne doit pas lutter…

C’est à la fois angoissant et rassurant.

Un temps où l’on se rend compte que plus jamais JAMAIS on ne pourra être la même personne… et ne pas LUTTER.

 

Dans mon cas de personne à "petite notoriété publique de mes couilles", il faut que j’ABANDONNE l’idée que quelqu’un, quelque part, m’attend encore.

Que je me sente LIBRE de DISPARAITRE (ai- je le choix?) pour VIVRE un nouveau MOI.

Que je me sente LIBRE de ne plus rendre de compte à PERSONNE, de ne plus promettre de choses, de ne plus FAIRE SEMBLANT, de ne plus entendre la petite voix minable qui me fait la MORALE; ça me fait peur d’enlever le masque MAIS je crois qu’il y va de ma survie…

 

Il y a un temps où l’on se rend compte qu’on ne pourra plus jamais être la même personne… Et ce temps est venu pour moi…
Je me MUE et jamais je n’avais ressenti cela si FORT. Toute la peau de mon dos à présent se répand, se repent telle une peau de chagrin ! ET je n’ai de cesse de me l’arracher…

ll y a un temps où l’on se rend compte qu’on ne pourra plus jamais être la même personne. C’est à la fois angoissant et rassurant.

Un temps où l’on se rend compte que plus jamais JAMAIS on ne pourra être la même personne…

Skin of sorrow

 

Posté par elfy ka à 19:22 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

16 mars 2016

TOP SHOP

Bonjour à tous,

Parce que je ne suis pas toujours derrière mon piano à composer ou écrire et parce que, vous le savez, pour ceux qui sont venus me voir en concert, je me passionne pour l'art du collage,
alors,

- Toujours sur le fil, j'ai rassemblé dans une toute nouvelle boutique, mes inspirations, mes créations, sur lesquelles j'aime me promener, en demi pointes mais jamais en demi teintes...
De la musique aux collages il n'y a qu'un pas. 

Je m' évade autant à écrire le prochain texte d'une future chanson, qu'à découper, rassembler, coller et réinventer une nouvelle image! 

- Cette boutique je l'ai créée pour VOUS ... et je souhaite la nourrir de surprises le mieux possible!  

Alors, alors... COMMENT CA MARCHE ?  et qu'est ce que vous allez y trouver ?

1 ----> Différentes collections de collages
2 ----> Des articles inédits originaux
3 ----> De la musique (bientôt) sous toutes ses formes : titres inédits en téléchargement, single, cd, coffret !
4 ----> Un service en Français rapide et de grande qualité avec paiement sécurisé.

Prenez le temps d'aller vous promener ici : http://elfykalesite.com/shop/

Capture d’écran 2016-03-13 à 18

Capture d’écran 2016-03-13 à 18

Capture d’écran 2016-03-13 à 18

Capture d’écran 2016-03-13 à 19

Capture d’écran 2016-03-13 à 19

Capture d’écran 2016-03-13 à 19

 

Home

Parce que je ne suis pas toujours derrière mon piano à composer ou écrire et parce que, vous le savez, pour ceux qui sont venus me voir en concert, je me passionne pour l'art du collage, alors, - Toujours sur le fil, j'ai rassemblé dans une toute nouvelle boutique, mes inspirations, mes créations, sur lesquelles j'aime me promener, en demi pointes mais jamais en demi teintes...

http://elfykalesite.com



Posté par elfy ka à 15:56 - Permalien [#]

20 août 2015

TAKE ME TO CHURCH

Mais quel est donc ce mal qui me ronge...
Et qui m'oblige à rester alitée?

- 5 Juillet 2015. Hôpital intercommunal. A quelques jours de partir au bout du monde.
Quel mal m'a pris et m'a empoisonné m'obligeant à mon lit, m'obligeant sans appel à changer tous mes plans?
Et pourquoi maintenant ?
Les choses que l'on garde ne sont pas bonnes à garder. Le corps vous rappelle à l'ordre et ordonne sans appel.

Mais quel est donc ce mal qui me brûle...
Et qui m'oblige à l'immobilité ?

Un repos obligé, 2 à 3 mois sans mouvement ou à peine, pour une "active" comme moi ce n'est non sans rage et sans peine !
Mais que voulez vous que j'y fasse... J'ai survécu.
Je survie.
Ce mal n'est pas le mien, cette cicatrice non plus... Cette plaie qui fait partie de moi me met dans tous mes états.
J'apprends l'inertie...
J'apprends la patience...
J'apprends d'avoir le temps de vivre... J'en suis bien forcée forcément!

Mais quel est donc ce mal qui me punit ...
D'être trop soumise, de ne pas broncher quand l'irrespect pointe son nez, de tout avaler, les couleuvres et le reste!
Une plaie aussi large que profonde comme un coup de point.

Mon infirmière m'appelle " mon p'tit cœur" ... Se voir tous les jours, ça créer des liens.

Apprendre de la vie, apprendre de ses peines, apprendre jour et nuit... Apprendre...
Quoi qu'il advienne!


EK

Capture d’écran 2015-08-20 à 11

 

Posté par elfy ka à 11:29 - Permalien [#]


28 juillet 2015

ELFY KA - LE COFFRET

nouvelle shop

 

Une page...

Tourner une page...

Avancer...

Sélancer droit devant...

Regrouper...

Se recentrer sur l'essentiel...

Fière...

Ne pas regarder en arrière...

Ne rien regretter...

Aimer le passé...

Vivre...

Chanter, créer, rêver...

AIMER.
(Love Is All You Need)

Posté par elfy ka à 18:59 - Permalien [#]

05 février 2013

MY BABY SHOT ME DOWN !

Aujourd'hui j'ai acheté la bible. En chinant. Emmaüs.
Je crois bien que c'est la 1ère fois que j'achète la bible... Je veux dire que je m'en souviendrai si j'avais la bible.

Aujourd'hui j'ai acheté pour la 1ère fois la bible...
Une édition de 1951.
Aucune trace de celui où celle à qui elle apartenaît...

À part cette goutte, cette petite goutte rouge sang à la onzième page...

J'ai tout de suite eu envie d'acheter ce livre. Je me suis demandé si je l'achetais parce que c'était la bible ou pour les mots que j'avais tout de suite envie d' ECRIRE... Probablement les deux.
Une sorte de complexe " Sophie calle".

À qui a appartenu ce livre?
Pourquoi s'en être débarrassé... Et cette goutte rouge sang?

Aujourd'hui j'ai acheté la bible...

Je n'ai jamais lu la bible, à part quelques extraits à la messe quelques fois.
Je ne suis pas pratiquante...

J'ai une certaine éducation religieuse. J'ai en tous cas une croyance certaine!

A qui était ce livre?
Pourquoi se sépare t on d'un tel livre?

Aucune annotation. Aucune page cornée… Aucun signe de … VIE!
Une bible parfaite, qui arrive à point nommé.

"Va au DIABLE" me hurle t-il dessus, en m'enfonçant ses yeux à lui dans mon regard à moi!

Alors c'est ça? C'est reparti… ?
Je vais me manger agression sur agression, insulte sur insulte, tout ça pourquoi?

Une voiture. Une place de parking. Un passage piéton…

Mais qui sont ces gens?
- "Va au Diable"

Que sont ces agresseurs sans peur et sans reproche, prêts à TOUT… Pour RIEN!!!

Je ne te comprends plus…
Et je te déteste au fond!!! Et cela tu ne peux pas m'en vouloir.

Car que veux tu vraiment?
Que fais tu pour ma protection? Que fais tu pour mon SALUT…

Tu te FOUS de moi!!!
Et je te déteste pour cela…

Aujourd'hui j'ai acheté la bible. En chinant. Emmaüs.
Je crois bien que c'est la 1ère fois que j'achète la bible...

Une bible parfaite, qui arrive à point nommé...

photo-1

 

 

 

 

Posté par elfy ka à 14:08 - Permalien [#]

14 janvier 2013

WHERE ARE WE NOW ???

"J’ai honte.
Honte qu’il nous reste si peu d’esprit, si peu de sensibilité, si peu de fraternité.
Honte comme un certain 21 avril.
Honte depuis ce 21 avril que la bassesse succède à la bassesse. Que l’accumulation des jours ne leur ajoute rien.
Honte de voir que sous le vernis d’une société moderne et libre sommeille un immense champ de mines réactionnaire.
Honte pour tous les couples homosexuels 
de ce pays, obligés de supporter cette énorme marche de bêtise haineuse à venir, mais aussi honte pour toutes les familles traditionnelles « maman-papa-enfants » qui s’en iront défiler ce jour là, sans même avoir été effleurés une seconde par l’idée, par la possibilité qu’un de leurs enfants devienne lui-même homosexuel un jour. Et n’y puisse rien. Et tombe amoureux. Et n’y puisse rien. Contre quoi, bon sang, allez vous défiler ? Contre l’avenir ? Contre l’âme humaine ? Contre l’amour ? contre la vie réelle ? Honte.
Sonia ne doit pas avoir le droit d’épouser Charlotte ? Stéphane ne sera jamais le mari de Bernard ? Vous allez défiler dans la rue contre leurs amours ? pour le vôtre ? parce que le vôtre, lui, est légal ? respectable ? Honte. Car rien ne vous donne le droit d’interdire quoique ce soit qui ne vous nuise pas, relisez la constitution.
Vous craignez que les mariages gays ne diminuent la natalité ? C’est vrai que nous ne sommes pas assez nombreux. Et en les interdisant, vous pensez quoi ? que les homosexuels, enfin ramenés à la raison par un discours courageux et rationnel, rejoindront en pleurant les rangs de l’hétérosexualité ? en vous remerciant de les avoir sauvés du gouffre ? Honte.
Honte de cette misère de la pensée qui va déferler dans Paris comme une boue d’un autre âge, comme une maladie.
Car vous ne défilerez ni contre la maltraitance des enfants, ni contre les pères incestueux ni contre les mères tortionnaires ni contre les familles destructrices. Pourquoi ? Parce que cela a le droit d’exister à vos yeux. Parce que ça, c’est naturel. Parce qu’on préfère ne pas le savoir. Parce que c’est dans la famille et ça y restera. Honte. Honte. Absurdité. Profond mépris des hommes et des femmes. En quelle année sommes-nous déjà ? 2013 ?
Pauvre année qui commence. Et pauvres vies que les vôtres qui n’aurez trouvé dimanche aucun lieu de progrès de l’humanité où conduire vos enfants."


Sophie Lannefranque ♥ !!!!!

Posté par elfy ka à 11:43 - Permalien [#]

08 janvier 2013

FOREST...

Toujours envie d'être une autre… d'être quelqu'un d' autre !!! Vivre, renifler, regarder les autres, les écouter, les supporter, les préférer toujours… à ce que je suis. Renifler comme un loup, sur mes gardes, montrer mes dents aux passants trop pressants… Préférée l'autre chanteuse, l'autre plus tatouée, l'autre intello, l'autre beauté, l'autre… TOUJOURS. TOUT LE TEMPS. Me sentir à ce point en danger, préférée l'autre chanteuse, l'autre plus tatouée, l'autre intello, l'autre beauté, l'autre… à ce point. 

Ca devient blessant, ça devient lassant, je m'épuise, à courir après quoi? Tout!!! Tout ce qui sera différent de MOI, tout ce qui sera MIEUX que moi, tout ce qui me fera rêver, vibrer, fantasmer.

JE SUIS EN VIE…. C'est déjà çà... 

C'est une journée idéale pour marcher dans la forêt… 

On trouverait plus normal d'aller se coucher seuls dans les genêts…

 

Posté par elfy ka à 10:09 - - Permalien [#]

29 novembre 2012

LIKE A "PROUST MADELEINE"...

Il y a quelques jours je suis tombée sur " Le cerveau d'Hugo"... et ça m'a plu ! J'ai connu Hugo sauf qu'il s'appelait "Charles". En fait... 
Ce reportage m'a fait remonter des souvenirs encore chaud... comme le cerveau d' Hugo.

Extrait de "PARLE MOINS FORT" ( Roman / Fiction by Elfy Ka)

" L’été est fini, mon spectacle réussit. C’est la fin de l’été, la fin.

Peut-être qu’avec un peu de chance cette année, j’aurais un handicapé comme ami dans ma classe. Je le protégerais de tous et nous nous confierions nos plus intimes souvenirs. Il s'appellera Charles et je défendrais à quiconque de lui faire du mal. 

 (Je suis son imagination...)

Charles serait pour moi comme un rayon de soleil, il ferait du bien à mes sombres idées, il transformerait le noir en couleur, grâce à sa naïveté. Il serait comme le pansement qui calme et désinfecte les coupures. Un morceau de coton après les prises de sang, celui que j’ai toujours envie de garder en souvenir du mal que ça m’a fait... 
J’observerais Charles chaque instant et je rêverais de me blottir dans sa tête, contre son cerveau, qui me semblerait ne rien voir, ni sentir, du Mal. 

Charles. 

Je le suivrais, je le porterais pour le faire rire et pour l’entendre crier mon prénom dans sa bouche à lui si pure. Je me battrais pour lui, un jour, contre un garçon débile et roux, puis il arriverait comme une fleur après la tempête, ne se rendant compte de rien ! Ni de mon coeur ouvert, ni de mon courage. 

Charles. 

Il me tirerait par la manche lèverait sa tête vers le ciel pour regarder au plus haut et hurlerait soudain comme un fou - “Oh... un oiseau !” son doigt pointé vers le bleu du ciel qu’il verrait sûrement d’une autre couleur bien plus belle et plus rassurante encore.
Les autres s’éloigneraient par peur, courants partout, comme si l’alarme de l’école s’était mise en route annonçant le feu qui cernerait déjà les murs en quelques secondes, et où tous les enfants, sans exception, crameraient vifs en hurlants et pleurants leurs mères.  

Je lèverais à mon tour la tête et ferais très fort un voeu en apercevant, grâce à Charles, la première hirondelle. 
Celle qui annonce le Printemps. 
Celle qui tue d’un mouvement d’ailes tous ces putains d'hivers. 

 ( Elle est née en hiver... )

Le ciel se mettrait à tournoyer au dessus de nos têtes comme un signe d’apocalypse. Main dans la main nous serions emportés par le néant. 
Je regarderais le visage de Charles qui rirait aux éclats, fasciné et émerveillé par cette danse imprévu. Il ne sentirait nullement le danger derrière ses lunettes épaissent comme le cul des bouteilles de rouge que son père s'enfilait pour oublier sa peine qui chaque jour le tuait quand il regardait... son fils.

( Je suis ses mots, je suis son rythme, je suis ses pensées qui vont trop vite.)

Charles rirait comme un nouveau né en poussant des petits cris d’aigles et en se raidissant de tout son corps. La mort nous envelopperait dans son long manteau, tout en fourrure de bébés phoques, qu’il rirait encore. Il ne sentirait presque rien lorsque nos os viendraient se fracasser au sol, lorsque le vent nous lâcherait en plein vol... 

Comme des hirondelles tombées du ciel... "

 E.K

docs-copyright-cerveau-couverture-brochure-big

Posté par elfy ka à 11:41 - - Permalien [#]